Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Narbonne, Plages audoises. Tourisme. Animations.

La route des glaces

Dernière mise à jour :  30/08/2021.

Ajout : Reportage visite de la glacière de Cuxac d'Aude le 27 Aout 2021. Un grand MERCI à Anne-Marie et François membres très actif de l'Association "La Route de la Glace", qui nous ont permis de visiter cette glacière.

La Route des glaces.

Et non ce n'est pas une erreur c'est bien de la route des glaces que je vais vous parler et non, comme auraient pu le penser les habitués de Gruissan ou de la Palme de la route du sel.

En préambule :

Cet article n'a pu voir le jour que grâce aux informatisations recueillies  sur différent sites et auprès d'associations :

Merci pour toutes les informations fournies.

Merci également :

  • Au Gand Narbonne.
  • Au Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée.
  • A La mairie de Vinassan.
  • A Michel Sidobre pour sa chronique.
  • A Rémy Pech pour son témoignage.
  • A Anne-Marie pour son article dans  Occitanie découvertes
  • A Marc Pala rédacteur dans archives du sensible parc naturel narbonnaise.

Pardon pour tous ceux que j'ai oublié de citer.

Un grand MERCI à tous pour vos contributions.

Vous y trouverez également mes propres vidéos et reportages.

Sommaire :

  • Un peu d'histoire.
  • La technique des glacières.
  • Le travail des glaciers.
  • La fin des glacières.
  • Les glacières communales dans notre région.
  • Documents et temoignages.
  • La Glacière de Fleury d'Aude.
  • La Glacière de Vinassan.
  • La Glacière de Cuxac  d’Aude.

Un peu d'histoire.

Texte de : "La route de la glace", Anne-Marie et Plume.

  

Des tablettes cunéiformes de Mésopotamie du Nord évoquent la construction et l’utilisation de glacières dans les villes de Mari, Terga et Saggaratum au début du IIème siècle avant notre ère .

Les Romains utilisent la neige compactée pour conserver les aliments qu’ils transportent et rafraîchir leurs boissons. Dans les thermes, l’eau est conservée froide dans le frigidarium grâce à la glace. Sénèque en vante ses vertus médicinales.

Pendant toute l’Antiquité la glace est utilisée pour stopper les hémorragies, soulager la fièvre, la gangrène, les coliques.

Plus récemment

En Russie, les moujiks construisent une fosse sous un petit abri, dans laquelle ils entassent de la neige ou de la glace, qu’ils recouvrent de chaumes pour conserver leurs aliments.

En Iran, des glacières identiques sont appelées yakhchals.

Au Moyen-Âge, la glace est surtout utilisée pour des pratiques médicales. On retrouve toutefois, dans des châteaux de cette époque, des fosses maçonnées dont la construction ressemble à des glacières :châteaux de Cordès (Puy-de-Dôme), Blandy-les-Tours, Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne).

A la Renaissance, l’usage et la consommation de la glace se répand dans toute l’Europe.

 Le roi Henri III (1551-1589) utilise de la neige pour rafraîchir ses boissons.

La glace au XVIIè siècle: mode et hygiène

Sous l'influence de Louis XIV et de la cour de Versailles, l'utilisation de la glace devient un phénomène de mode. L'introduction des sorbets dont le roi était friand par l'italien Procope est très vite répandue chez les nobles et la bourgeoisie aisée. La consommation de boissons fraichies réputées bonnes pour la santé, connait un franc succès. La médecine de l'époque porte à la glace des vertus thérapeutiques pour son action infectieuse, sa capacité à soulager les fièvres et douleurs gastriques et un peu plus tard comme anesthésique local pour des opérations superficielles. Elle est même conseillée comme nouvelle panacée étonnante contre des maladies comme la méningite ou le choléra. L'utilisation de la glace pour la conservation des aliments reste cependant secondaire. le sel reste majoritairement utilisé.

L'organisation économique de la production de la glace

Les glacières existent avant le XVIIè dans les zones de montagne ou leur proximité. La fourniture de la glace est alors un privilège seigneurial. Les conditions climatiques et les vertues nouvelles attribuées à la glace, conduise Louis XIV à organiser son stockage et son commerce sous forme d'un monopole d'état. Par un édit royal en 1659, il donne la permission de construire des glacières en "tous lieux et endroits du royaumme" et d'y vendre de la glace. cette autorisation est donnée par lettres patentes à des fermiers généraux chargés de construire et d'entretenir les bâtiments et d'organiser son commerce moyennant des taxes pour l'état. Cet édit est déclencheur de la construction de nombreux lieux de stockage et d'un commerce florissant.

Un model de glacière est construit à Versailles. De nombreux villages s'équipent de ces bâtiments. En 1688 pour la consommation de la cour du roi, 13 glacières sont en fonction dans et autour du château. En dehors du commerce concernant les plus riches, cette activité occupe de nombreuses familles paysannes en basse saison agricole.

La collecte, le remplissage, le prélèvement, l'entretien du bâtiment leur procurent un complément financier non négligeable. Les activités autour de la glace jouent un rôle économique important à tous les niveaux de la société; Louis XIV dira pourtant que ce commerce n'a rien apporté à l'état

Au XIXème siècle, le nombre de glacières construites est de plus en plus important ; des glacières communales voient le jour.

La fabrication de la glace s’industrialise.

Le commerce de la glace se développe.

Les glacières disparaissent avec l’industrialisation de la glace et le commerce de la glace avec la démocratisation du réfrigérateur.

La technique des glacières.

 Au début

Les premières glacières sont des grottes ou cavités naturelles dans lesquelles la température reste voisine de zéro. Fermées, simplement aérées par une ouverture située en hauteur, la température est peu variable, maintenue par la circulation de l’air ; en période de froid , neige et glace s’accumulent naturellement dans la cavité ; en période plus chaude, l’air froid, plus lourd reste dans la glacière ; la glace fond très lentement et l’eau de fusion reforme de la glace dès que survient le froid.

Plus tard, les glacières sont de simples fosses creusées dans la terre. De la glace ou de la neige tassée y sont entreposées, recouvertes de paille, de feuilles ou de branchages.

L'organisation économique de la production de la glace

Les glacières existent avant le XVIIè dans les zones de montagne ou leur proximité. La fourniture de la glace est alors un privilège seigneurial. Les conditions climatiques et les vertues nouvelles attribuées à la glace, conduise Louis XIV à organiser son stockage et son commerce sous forme d'un monopole d'état. Par un édit royal en 1659, il donne la permission de construire des glacières en "tous lieux et endroits du royaumme" et d'y vendre de la glace. cette autorisation est donnée par lettres patentes à des fermiers généraux chargés de construire et d'entretenir les bâtiments et d'organiser son commerce moyennant des taxes pour l'état. Cet édit est déclencheur de la construction de nombreux lieux de stockage et d'un commerce florissant.

Un model de glacière est construit à Versailles. De nombreux villages s'équipent de ces bâtiments. En 1688 pour la consommation de la cour du roi, 13 glacières sont en fonction dans et autour du château. En dehors du commerce concernant les plus riches, cette activité occupe de nombreuses familles paysannes en basse saison agricole.

La collecte, le remplissage, le prélèvement, l'entretien du bâtiment leur procurent un complément financier non négligeable. Les activités autour de la glace jouent un rôle économique important à tous les niveaux de la société; Louis XIV dira pourtant que ce commerce n'a rien apporté à l'état.

Des glacières dans les châteaux

 Les glacières s’organisent et se construisent au fur et à mesure que se répand l’utilisation de la glace.

Dans les châteaux, des espaces sont emménagés pour la conservation de la glace: la glace récoltée sur les plans d’eau en hiver est stockée dans de grandes pièces enterrées ou dans de vastes puits, généralement situés au nord ; la glace est isolée du sol et de l’air extérieur par de la paille et des branchages ; des seaux d’eau, qui en gelant se solidifie et comble les vides, sont ajoutés régulièrement ; l’eau de fonte est collectée dans la partie basse et évacuée.

La grande glacière du château de Chantilly mesure 9,25 mètres de diamètre et 11 mètres de profondeur ; elle peut contenir six cents tonnes de glace .

Des glacières artisanales et communales

Au XVIIème siècle, l’usage de la glace et son commerce se développent, entraînant la construction de nombreuses glacières.

Le sud de la France, en raison de son climat, est grand consommateur de glace.

Les hivers, en ce temps-là, sont beaucoup plus froids qu’aujourd’hui. La neige et la glace sont récupérées pour alimenter ces glacières.

 Certaines demeurent artisanales mais parfois des communes construisent une ou plusieurs glacières pour répondre aux besoins de leurs habitants.

On retrouve la trace de ces glacières dans de nombreux toponymes : place de la glacière, rue de la glacière, chemin des glacières, etc..

La glace est fabriquée à partir d’eau, gelée sur au moins 15 cm d’épaisseur, ou de neige. La récolte se fait en principe la nuit.

La neige ou les blocs de glace sont transportés à dos d’âne ou d’homme, dans des hottes, dans des chariots vers les glacières. Cette matière première est tassée dans la glacière et arrosée pour solidifier les couches.

  

Le travail des glaciers.

 

La fin des glacières.

 

Les Glacières communales dans notre région.

 Elles sont très nombreuses et en faire une liste exhaustive est difficile; toutes les communes possèdent une ou plusieurs glacières.

Certaines, abandonnées, ont totalement disparues.

Pour d’autres, des traces de leur emplacement subsistent sur des plans cadastraux, sous forme de bâtiment ou seulement par toponyme.

D’autres encore sont répertoriées, classées monuments historiques ; parfois mêmes restaurées ou en cours de restauration, elles donnent lieu à des visites.

Les glacières visibles aujourd’hui

Jusqu’en 1925, pour obtenir une glace naturelle, les «glaciers» des villages de la Montagne Noire, au plus froid de l’hiver, recueillent la neige sur le pic de Nore et la stockent dans des glacières.

Au pied du Pic de Nore, à 820 mètres d’altitude, dans l’Aude, à la limite du département du Tarn, le village de Pradelles-Cabardès compte encore au moins neuf glacières.

 

Des caravanes de glaciers descendent en soirée vers la plaine minervoise pour desservir en glace les villes de Lézignan, Narbonne, Carcassonne, parfois même Béziers ou la Haute-Garonne.

Ils traversent d’autres communes qui possèdent elles aussi leurs glacières comme Ventenac-Minervois, Saint Nazaire d’Aude, Cuxac d’Aude, Coursan, Salles d’Aude, Fleury d’Aude, etc…

Aujourd’hui « la route de la glace » est une randonnée balisée de 130 km du Pic de Nore à la Méditerranée.

Au pied du massif de la Clape, à Vinassan (Aude), un bâtiment du XVIIème siècle , ancienne glacière, est encore visible ; à Cuxac d’Aude, sur les pentes du Mont Caretou, au nord du village, les glacières restaurées, sont ouvertes à la visite depuis 2017.

Au Somail (Aude), la glacière, bien conservée, forme avec l’auberge et le pont un bel ensemble architectural. Elle est une des seules restantes parmi les glacières construites pour les auberges du canal du Midi qui offraient « la couchée » aux voyageurs

Dans la cité de Carcassonne (Aude) subsiste la toiture de l’ancienne glacière.

A Narbonne (Aude), une glacière, dans la cour de l’hôpital, conservait la glace pour les soins thérapeutiques.

A Castelnaudary (Aude), en 2004, à l’occasion de travaux d’aménagement du square Victor Hugo, les vestiges bien conservés d’une glacière aménagée dans une tour médiévale ont été découverts.

A Agde (Hérault), la grande glacière communale date de 1680 ; construite au point haut de la ville, près des remparts, en basalte, elle mesure 6m50 de diamètre et sa hauteur varie de 7m80 à 8m50. Elle produit de la glace jusqu’en 1884. A proximité , se trouve une glacière plus modeste de 4m95 de diamètre et de hauteur ; les deux glacières utilisent le même réseau d’écoulement pour les eaux de fonte. Elles sont ouvertes à la visite ; une troisième glacière, plus vaste que la première, est située entre la cathédrale et le Palais des Evêques ; elle appartenait au Comte-Evêque d’Agde.

A Castelnau-le-Lez (Hérault), près de Montpellier, 19 rue Salengro, se trouvent deux glacières datant du XVIIème siècle, qui ont fonctionné jusqu’au XIXème siècle ; véritables igloos en pierres de Castries, elles sont en excellent état de conservation. Ouvertes au public, elles sont aujourd’hui transformées en hall d’exposition.

Glacière de Castelnau-le-Lez

La Glacière de Fleury d'Aude.

De Fleury direction les cabanes de Fleury D718 Coordonnées GPS : 43.237703 ; 3.159881

 

  • Reportages :
Reportage d'IDEAL sur la restauration de la Glacière de Fleury d’Aude.
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces

Reportage personnel en date du 19/05/2021.

Vidéo :  Visite de la glacière.

Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury

Photos trouvées sur Internet.

Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
Fleury Village & Cabanes de Fleury
 

La Glacière de Vinassan.

  • Histoire et caractérisation.

Par un Édit Royal de 1659, Louis XIV autorise la construction de glacières sur le territoire de la France de l’époque. Elles étaient gérées par les Fermiers Généraux qui octroyaient ce privilège aux plus offrant lors d’enchères et pour une période de 10 ans.

Cet Édit ne semble pas être à l’origine de la construction de la glacière de VINASSAN, il est probable qu’elle soit antérieure de quelques années. Nous retrouvons dans les textes deux propriétaires : Louis CHASTAGNIÉ, Sieur DANDONVILLE, en 1673, puis, Sieur Gabriel de SORGUES, Seigneur de MOUJAN et de VINASSAN. La glacière a été abandonnée à la fin du XVIIIème siècle, période pour laquelle nous ne connaissons pas les propriétaires.

Ce bâtiment technique est construit selon les normes architecturales du XIVè. Il est positionné à flanc de colline.

La partie destinée au stockage de la glace est creusée dans le sol et maçonnée. Les structures supérieures bâties servent essentiellement aux accès nécessaires lors du remplissage ou des prélèvements.

La partie la plus haute est composée d'un dôme percé d'une ouverture. C'est par là que la glace est introduite. La partie médiane, cylindrique, permet l'accès au corps de la glacière pour son entretien ou le débitage sur place de pains de glace. L'ensemble du bâtiment mesure en moyenne 8 mètres de hauteur pour un diamètre de 6 mètres. Il pouvait contenir un peu plus de 100m3 de glace.

Son unique fonction est le stockage. Il n'y a jamais eu de denrées périssables à l'intérieur. L'accès au corps de la glacière est assuré par un couloir vouté en forme de L, au nord du bâtiment. Il est divsé en deux parties fermées par des portes. L'ensemble est recouvert d'une épaisse couche de terre afin d'assurer une meilleure conservation et de lutter contre l'élévation de la température extérieure et du taux d'humidité.

Actuellement le bâtiment appartient à la Commune de VINASSAN et a fait l’objet de 5 chantiers de restauration de 2003 à 2007 avec les volontaires internationaux de CONCORDIA.

Cette restauration est l’œuvre d’un partenariat étroit entre la Commune, le Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée, la Région Languedoc-Roussillon et la Maison de la Clape.

Son diamètre : 6 mètres ;  sa hauteur : 9 mètres ; sa contenance : 100 tonnes de glaces

Le bâtiment a été construit avec des pierres de grés et de calcaire, certains blocs de calcaire ayant été taillés pour les embrasures des portes. Le fond est un pavage de pierres non jointives, bloquées par de l’argile.

  • Vidéos :

Le frigo de nos ancêtres.

Témoignage de Rémy Pech.

Chronique de Michel Sidobre.

Vidéo personnelle en date du 22/05/2021.

  • Reportages :
Reportage personnelle en date du 22/05/2021.
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
Reportage de Plume.
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces
La route des glaces

La Glacière de Cuxac d’Aude.

Reportage de Patrimoine environnement.

La glacière de Cuxac  d’Audeà pour particularité d’avoir deux chambres glaciaires reliées par un étroit couloir. Le couloir originel forme un zig zag pour éviter les déperditions thermiques et était coupé par deux lourdes portes dont subsistent les feuillures. C’est ce que nous explique François Bruno, trésorier de l’association La Route de la Glace qui participe avec la Mairie à la restauration de ces glacières.

Créée en 2005, La Route de la glace a contribué à la restauration de la glacière de  Cuxac d’Aude, après que les services municipaux et une association d’insertion du Grand Narbonne aient débroussaillé, dégagé des tonnes de terre qui bloquaient le site et supprimé les bétonnages allemands de la dernière guerre, l’association Concordia a commencé le creusement d’une des deux chambres en enlevant une quantité impressionnante de pierres.

En 2012, cette chambre voit la réalisation du dôme.  L’association espère qu’en 2013 l’ouverture entre les deux glacières soit réalisée afin de sécuriser une salle accueillant guides et visiteurs. Elles s’inscriront, dans l’avenir, au  centre d’un ensemble comportant un jardin et ou un sentier botanique.

 

Visite de la glacière de Cuxac d'Aude le 27 Aout 2021.

Reportage personnel.

Avant tout un grand MERCI à Anne-Marie et François, membres très actif de l'Association "La Route de la Glace", qui nous ont permis de visiter cette glacière en nous faisant partager leur passion. Merci pour toutes les explications fournies. François et Anne-Marie sont intarissables sur le sujet. BRAVO également à l'association "La Route de la Glace" qui a remis en état et continue à entretenir cet édifice.

Pour visiter cette glacière contacter soit :

  • La Mairie de Cuxac d'Aude : 04 68 46 68 68
  • L'association "La Route de la glace" : 04 68 93 50 83
La glacière aujourd'hui et avant sa restauration en 2011.

La glacière aujourd'hui et avant sa restauration en 2011.

Les deux puits de la glacière et la vue sur la vallée de l'Aude. Pour cette raison lors de la deuxième guerre mondiale cette glacière a été transformée par les troupes allemandes en point d'observation avec de l'artillerie.

Les deux puits de la glacière et la vue sur la vallée de l'Aude. Pour cette raison lors de la deuxième guerre mondiale cette glacière a été transformée par les troupes allemandes en point d'observation avec de l'artillerie.

L'entrée de la glacière.

L'entrée de la glacière.

La route des glaces
Couloir d'accès aux puits en zigzag et équipé de trois énormes portes afin de limiter la chaleur au niveau des puits.

Couloir d'accès aux puits en zigzag et équipé de trois énormes portes afin de limiter la chaleur au niveau des puits.

Le couloir d'accès aux différents puits.

Le couloir d'accès aux différents puits.

Porte d'accès au puits B. Puits ayant un diamètre de 4,5m et un volume de 25m3.

Porte d'accès au puits B. Puits ayant un diamètre de 4,5m et un volume de 25m3.

Le puits B du plafond au sol avec son canal d'évacuation des eaux.
Le puits B du plafond au sol avec son canal d'évacuation des eaux.
Le puits B du plafond au sol avec son canal d'évacuation des eaux.

Le puits B du plafond au sol avec son canal d'évacuation des eaux.

Porte d'accès au puits A.

Porte d'accès au puits A.

Puits A ayant un diamètre de 5,75m et une contenance de 100m3.

Puits A ayant un diamètre de 5,75m et une contenance de 100m3.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article